Oref Grand-Est
OREF Grand Est

Prospective et veille

ALIMENTER SA REFLEXION

Retrouvez dans cette rubrique des documents d'études permettant d'"alimenter la réflexion", via des analyses sur les évolution du domaine (emploi-travail, formation, compétences) et des documents prospectifs (tendances générales relatives au domaine emploi-formation, perspectives d'emploi ou de recrutements, prévisions économiques, projections de population…)
 

publications OREF

Sanitaire et social en Grand Est : secteur et professions

Sanitaire et social en Grand Est : secteur et professions

En 2015, le secteur d’activité « santé humaine et action sociale » rassemble 334 000 emplois. Il constitue 16 % du total des emplois en Grand Est. Son importance est également aussi marquée que sur la France de province.

Entre 2013 et 2018, le volume d’offres d’emploi a augmenté de 35 % sur les métiers des domaines sanitaire et social. Il s’agit d’une hausse plus importante que tous métiers confondus (+20 %).

En 2017, vingt-neuf formations préparant aux professions sanitaires et sociales sont dispensées en Grand Est. Elles accueillent 17 845 étudiants, dont 13 185 (74 %) suivent une formation du domaine sanitaire et 4 660 (26 %) sont inscrits à une formation du domaine social.

En 2017, 8 651 étudiants se sont présentés aux examens et 7 877 d’entre eux ont décroché leur diplôme. Le taux de réussite global s’établit ainsi à 91 % et s’avère plus élevé dans le domaine sanitaire (93 %) que dans le domaine social (84 %).

Et demain ? Le marché du travail et l'emploi

Et demain ? Le marché du travail et l'emploi

Si seulement nous savions de quoi demain sera fait ! Le Conseil National du Numérique affirme "que la période que nous traversons est celle d'une évolution systémique, exceptionnelle et rarement connue dans l'humanité. En ce sens il ne s'agit pas d'une crise mais d'une métamorphose". Le chômage de masse, la population vieillissante, la prise de conscience environnementale, la nouvelle révolution technologique et la transformation de l'organisation du travail sont autant d'éléments de cette métamorphose qui nécessite des besoins nouveaux en compétences et en connaissances.

Co-productions OREF

Les frontaliers en Grand Est

Les frontaliers en Grand Est

Le Luxembourg est la première destination des frontaliers de la région, avec 75 000 actifs, soit deux fois plus qu’en 1999. Les effectifs progressent aussi vers la Suisse, atteignant 38 000 personnes en 2015. À l’inverse, ils diminuent vers l’Allemagne, qui reste toutefois la deuxième destination des frontaliers (46 000 actifs), tandis que la Belgique attire seulement 8 000 frontaliers grandestois.

En Allemagne, les frontaliers sont plus souvent ouvriers, dans le secteur industriel, et un sur cinq a plus de 55 ans. L’industrie suisse est aussi un important pourvoyeur d’emplois pour les frontaliers. Le Luxembourg attire des actifs plus diplômés, qui exercent majoritairement dans le secteur tertiaire, en particulier dans les activités financières. En Belgique, de nombreux frontaliers travaillent dans les domaines de l’action sociale et de la santé. Les possibilités de travail frontalier attirent des résidents à proximité des frontières, mais cela ne se traduit pas toujours par une croissance des emplois présentiels.

De par sa position géographique, la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine est la plus concernée par le travail frontalier. Le Luxembourg est la première destination, avec 69 000 navetteurs et en attire toujours plus, notamment dans les secteurs des services aux entreprises et des activités financières et d’assurance. L’Allemagne en rassemble 46 000, (21 % de moins qu’en 1999) ;  la Suisse 36 100 et la Belgique n’emploie en revanche que 8 500 habitants de la région.

in Depuis 1999, le nombre de frontaliers à destination du Luxembourg a doublé